Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  


Partagez | 
 

 Nuit improbable, avec chute et tracas ▬ Feat. OKUMURA RIN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: Nuit improbable, avec chute et tracas ▬ Feat. OKUMURA RIN Dim 12 Juil - 20:27



Feat. RinSoirée
Nuit improbable
avec chute et tracas.

Le samedi soir, c'est ta soirée. Tu sais que tu vas t'éclater. Ce qui est bien, lorsqu'on sait se servir de sa tête, c'est qu'on est pas obligé d'étudier jusqu'à pas d'heure le week-end. Au début, on venait souvent te voir, afin de t'inviter à ces réunions de travail. Tu y as été. Une fois. On ne t'y a plus jamais revu, maintenant on ne t'invite plus. Sauf pour les véritables fêtes, bien sûr. Tu ne prévois jamais rien, tu préfères avoir les surprises de comment se passeront tes soirées. En général, tu n'as pas à t'inquiéter, ça c'est toujours bien terminé. Au pire des cas, tu uses de tes poings avant de rentrer et de te coucher. À quoi bon vouloir tout organiser ? C'est perdre tout le charme des revirements de situation.

Gâcher le potentiel des nuits improbables.
Qu'importe leurs désinvoltures et leurs embarras.

C'est dans cette optique que tu te diriges au bar. Tu le connais par cœur, bien évidement, puisque tu y travailles. Mais ce soir, tu y vas seulement pour boire, et probablement te faire une ou deux blondes. À moins que tu ne croises une jolie brune. Fort heureusement tu n'as jamais été très difficile, du moment qu'elle soit bien physiquement. Loin d'être comme tout ces hypocrites, tu es bien conscient que tu ne t'intéresseras pas à une jeune femme que tu trouveras limite. C'est pourquoi, de temps en temps, un rictus naît à tes lèvres lorsqu'en couple entre dans ton lieu de travail et que chacun recherche immédiatement meilleure qualité. Combien d'amoureux as-tu vu se séparer simplement pour une œillade lancé à la copine ? Tu ne supportes pas toutes ces niaiseries, tu as toujours aimé foutre la zizanie.

Lorsque tu entres dans l'endroit tant côtoyé, tu n'es pas étonné de l'odeur de tabac. Ni de la chaleur du lieu, malgré la clim enclenchée. Contre toutes attentes, c'est chaleureux. Tu t'es tellement habitué à l'ambiance de cette salle qu'à présent tu t'y sens en sécurité. Un petit monde où tu viens t'échapper. À peine as-tu mis un pied dedans qu'on te salue, certains serveurs que tu connais, un ou deux nouvelles têtes. Vous n'êtes pas tous fidèles, tes collègues changent régulièrement. En deux ans de travail, tu as dû voir plus d'employés que nécessaire. Tu es probablement la tête la plus ancienne. Mais cela t'importe peu, tu jettes un coup d’œil à la salle, il y a des clients quotidiens, mais tu remarques également des visages inconnus au bataillon. Au bar, une belle rousse capte ton attention, elle a l'air seule et fait peine à voir avec son verre de jus. Où croyait-elle être ?

Hors, tu n'ignores pas ses longues jambes dénudées. Elle mérite un peu de ta présence, avec un clin d’œil complice au barman de ce soir, tu t'approches avec un sourire rempli de malice. Saisis une mèche de ses cheveux.

- On s'est égarée mon ange ?
- N-non... je me promenais et j'ai eu envie de boire.
- Ce n'est pas avec ça que tu passeras une bonne soirée, princesse, te moques-tu en jetant un regard taquin à son verre.

Tu la regardes rougir, de honte surement. Alors tu laisses échapper un petit rire, avant de lui commander autre chose. Tu vois bien qu'elle n'est pas du genre à boire souvent, ainsi tu demandes simplement un mojito à ton ami. Tu as constaté que beaucoup de femme appréciaient cette boisson. Et ça ne loupe pas, ses yeux pourraient presque briller. Mais le tien se ternissent d'ennui, plus la discussion avance. Ce n'est qu'une petite fille superficielle, une gosse de riche probablement, tu es persuadé qu'elle n'a jamais vu un préservatif de sa vie. Ce genre de victime est rapide à avoir, tu le vois déjà à sa main sur ta cuisse, mais tu sais à quel point elles sont d'un ennui terrible. Tu donnerais cher pour voir Dylan débarquer, reprendre son service et t'aider à t'extirper de ce moment mortel. Hors, ce soir, ton amie n'est pas là.

Par chance, ton attention est capté par la voix élevée du barman. Tu sais que ce gentil garçon, un peu lourd sur les bords n'élève celle-ci que très rarement. Tu tournes la tête, interrompant le baiser que s'apprêtait à te donner ta partenaire, tu sens ses lèvres sur ta joue. Elle ne devait certainement pas viser celle-ci, mais tu t'en moques, tu fixes ton collègue face à ce brun qui ne te dit rien. Tu entends par brides, le fond du problème. Encore un mineur qui veut jouer aux grands. Cela t'arrache un sourire.

- Excuse-moi, on m’appelle.

Tu n'y vas pas par quatre chemin et tu la plantes là, tandis que tu te diriges vers le nœud du soucis. Tu te fiches d'avoir blessée sa fierté ou fait du tort son monde parfait, mais tu laisses tout de même échapper un « Désolé mon chaton, j'ai plutôt un faible pour les tigresses finalement. ». Sans un regard, tu ne t'y intéresses plus. Ignore son connard.

- C'est quoi le problème ?
- Toujours la même, un gosse capricieux.
- Hm.

Une étrange tension règne, le bar se retrouve plus silencieux et le garçon doit probablement se taper la honte de sa vie. Un rire traverse tes lèvres et tout deux te regardent avec perplexité.

- C'est bon mec, laisse-moi m'en charger.
- Certainement pas, t'es le pire de nous tous.
- Allez allez, je m'occuperais de faire son chaperon, depuis quand on empêche quelqu'un de goûter à nos merveilles ? Je le servirais, tu n'auras rien à te reprocher comme ça ! t’esclaffes-tu.

Avec un juron, le barman va servir d'autres clients, tu en conclus qu'à présent la soirée de l'inconnu dépend de ton bon vouloir et cela fait naître un rictus à tes lèvres, tu t’assoies sur le tabouret à côté et lui offre une petite tape sur la tête. C'est amical, un peu moqueur, mais sans méchanceté. Ni brutalité.

- Hé bien, hé bien, qu'est-ce que je te sers, monsieur le rebelle ?

Ton regard vacille entre lui et le bar, avant de se poser entièrement sur le garçon et rencontrer ses yeux bleus. Tiens ? Quelque chose te chiffonnes, mais tu ignores quoi, alors tu laisses ça de côté et lui sourit.

- Faut pas lui en vouloir, y a deux semaines il s'est fait avoir comme un bleu par une gonzesse probablement plus jeune que toi. Bon faut reconnaître qu'elle était vraiment canon pour son âge, mais elle a bien gérer son coup, dans un mois j'te parie ce que tu veux qu'on va continuer de la charrier là-dessus. Elle---

Tu entends ton camarade te hurler d'aller te faire voir et qu'il te tuerait si tu l'ouvrais d'avantage. Ce qui eu l'effet de te faire éclater de rire, avant de revenir sur le jeune homme.


_________________

TERASHIMA

SHOUTA
« Civil »
Civil
avatar


Pseudo : Cproject.
Fiche : http://www.truewings-rpg.com/t618-terashima-shouta#5259
Avatar : Takakura Kanba
Messages : 44
Date d'inscription : 02/07/2015


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Nuit improbable, avec chute et tracas ▬ Feat. OKUMURA RIN Lun 13 Juil - 5:55

Quand la petite déprime passagère te guette et finit par te gagner pour elle toute entière, tout ce que tu es capable d'accomplir avec le  peu de volonté qu'il te reste, ce sont des bêtises. Futile, pas vrai ? Le pire peut-être, c'est que tu en as parfaitement conscience, mais tu continues de faire l'idiot parce que tu te sens mal, et que t'as besoin d'un petit peu de réconfort. Un peu de réconfort que tu peux trouver dans les choses les plus absurdes, que ton frère n'aurait jamais tolérées. T'es pas comme ça d'habitude, tu préfères d'ordinaire te confier à tes proches et tes amis, mais il y aurait comme qui dirait un dysfonctionnement dans la boite de tes neurones dernièrement ─ pour que tu agisses ainsi, à l'encontre de tes principes, c'était sûr. Tu es un vrai malchanceux, c'est un fait, mais... D'habitude, tu ne te mets pas volontairement dans de telles situations. Tu cherches toujours à bien faire. Sauf que là, ce n'est pas le cas : tu sais que ce n'est pas bien, et pourtant tu le fais quand même pour noyer ta douleur passagère. Tu vas oublier tes problèmes un instant, le temps d'un soir festif, et le lendemain, tes maux se multiplieront. Après tout, ne dit-on pas que l'être-humain est inconscient ?

Tes yeux parcourent nonchalamment le bar. Bordel, qu'est-ce que tu peux te sentir paumé, voire terriblement seul, à cet instant. Autour de toi, c'était des cohortes de jeunes totalement branchés, certains ivres, d'autres encore difficilement lucides. Et puis toi, au beau milieu. Toi, pauvre petit garçon tout seul face au comptoir, la tête misérablement soutenue par une main visiblement serrée à l'extrême. Non, franchement, t'avais pas l'habitude de fréquenter les bars : et ce devait bien être ta première fois, à dire vrai. Les nombreux échos que tu as pu avoir à propos de ces endroits ne t'ont jamais vraiment encourager à y aller, auparavant. Mais disons que tu n'étais pas essentiellement venu pour faire connaissance ou faire ami-ami. De telles fréquentations ne t'intéressaient pas, et t'étais juste venu pour boire un truc qui te sonnerait bien. Rien de plus. Puis pourquoi t'irais leur parler, d'abord ? Genre ce type chelou là par exemple, avec sa touffe rouge. C'est qui son coiffeur, Satan ? penses-tu en le détaillant d'un air ennuyé à l'autre bout du comptoir, mi-moqueur. 

Désespoir. En vrai les mecs ici ne t'inspiraient pas confiance, pour ne pas dire « te révulsaient ». 
Les demoiselles avaient beau être belles, franchement séduisantes et t'en passes, t'étais même pas spécialiste de la drague & en plus ça ne t'intéressait pas le moins du monde. Tout c'que tu veux c'est étancher ta soif d'évasion, alors tu le fais savoir en attirant la présence du barman. 

Et bien évidemment, tu fais ta demande, mais il faut encore que le monde se retourne contre toi et te pose les pires problèmes même quand tu essayes de te détendre au moins une fois en l'espace de deux semaines. Bordel mais on s'en fiche de l'âge, non ? Faites votre commerce et qu'on en finisse, c'est pas difficile ? Le mec en face de toi t'adresses un non ferme et définitif lorsque tu réitères gentiment ta demande. Comme ça, ils veulent pas te servir sous prétexte que t'es mineur ? 
Tu claques ta langue d'un air réprobateur.
La possibilité de te casser s'étendait à perte de vue devant toi. Mais ensuite, où est-ce que tu irais ? T'étais venu pour boire un coup, pas pour foutre la pagaille comme le font tout ces jeunes en rut, et on osait encore te refuser un tout petit petit petit verre de saké. Tu te plaques la main contre le visage en signe de désespoir, offrant un des plus beaux facepalm du siècle, et c'est lorsque tu te prépares à te lever pour appliquer cette regrettable éventualité qu'un miracle se produit : c'est une voix qui te fait te rasseoir, et l'ancien barman semble avoir disparu.

Tu reprends ta place parce que t'es docile. 
Trop docile, ptêt.

─ Hé bien, hé bien, qu'est-ce que je te sers monsieur le rebelle ?

Je rêve ou... Au comble de l'énervement. Tu serres ton poing un peu plus fort peut-être, et tes yeux se ferment sous la force fulminante du scandale. Oui t'as conscience que tu joues au putain de rebelle, mais c'est pas la peine de le rabâcher si ton intention seconde était de te barrer loin d'ici. Tes mâchoires se serrent et s'entrechoquent comme des plaques tectoniques, et tu souffles un grand coup afin de retrouver tes esprits... Ce soir, fallait pas péter un câble. T'étais là pour t'amuser & oublier tes soucis. Remember.
Tu rouvres des yeux pétillants et tu te rends compte que tu n'as pas fait attention à son espèce d'anecdote douteuse. Tant pis, de toute façon ça devait même pas être intéressant. Quand tu relèves les yeux vers la source de ton intérêt actuel, vers ce mec un peu trop bavard voire trop confiant pour que tu te permettes de t'imposer, tu te retiens d'éclater de rire.

Le gars à la coupe satanique. Tu détournes le regard, secoué par des spasmes hilares, à moitié étouffés par la retenue dont tu essaies de faire preuve. Ne pas rigoler, Rin. C'est ton sauveur, rappelle-toi. 
Une fois calmé, tu reportes ton attention sur ce soit-disant barman et fais l'effort de passer ta commande, une nuance un tantinet gênée dans la voix.

─ Ouais, bah, euh... Ça marche si je te demande une coupelle de saké ? 'Fin, j'suis pas là pour boire de l'eau, tu vois, soupires-tu en essayant de te faire convaincant. 

Puis tes yeux rencontrent les siens l'espace d'un instant, et tu jurerais pouvoir y lire quelque chose d'anormal. Une impression désagréable s'empare de toi et ton regard vacille quelques secondes.
C'est pas grave, c'est juste un gars qui était là pour te servir ce soir. Et rien d'autre.

_________________
« Administratrice Maemi ♛ Things never happen the same way Twice. »
Administratrice Maemi ♛ Things never happen the same way Twice.
avatar


Pseudo : Maemi & quelques variantes ♥
Messages : 217
Date d'inscription : 04/12/2014


Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/5636452/Lunatish
 

Nuit improbable, avec chute et tracas ▬ Feat. OKUMURA RIN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Nuit torride entre des glaçons [Crispin & Samuel]
» Un retour sans bouclier...
» Une fois de plus, la nuit est sombre et dérangée [feat kaïgaan]
» Une nuit avec une déesse [PV Yuko][Hentaï]
» Une bonne blague se doit d'avoir une bonne chute [Feat Anja Schneider]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
True Wings-